29/12/2012

Focale 1

KGrHqJhwE6GzLVnOQBOmdtvyrw60_12.JPGAllez viens, viens chialer tes mégahertz dans mes potards, je les ais tous chromés a fond de teint pour tes miaulements de gouttière; et faire rouiller les filles par dessus les rivières de chats crevés, mort de démence ou j'ai l'habitude d'huiler les pistons d'ma queue d'rat. Que vaut l'amour sans monde jumelé? Sans sa fracture, la marge de réduction de la distance est réduite, voire imaginaire, fantasmée comme l'est celle d'une appréhension de charogne n'ayant que son corps difforme a manger. La force qui se croit capable d'écraser le seuil d'insensibilité des crêtes, n'érige aucun mur de violence volontaire contre le royaume de la conscience dégorgeant d'asticots vérolés, et d'un remugle, visqueux comme une sécrétion que le coeur n'aurait pas produit, mais en laquelle il doit pouvoir trouver dieu; un ciment réel, chuintant d'une lèpre pourrie qui peut aussi jouer a l'asphyxie des uns contre les autres, pour défier fictivement le sabbat dans le lointain chaudron des mains bouillies, ou j'avais jeter le reste de mon corps avec le cri noué du nô, qui lentement remontait des profondeurs en une caresse sur un lustre inouïe. Viens! viens ce soir jouer a la métempsychose des mutilations du ciel en ton flirts étoilé. Avec mon gond en arc de cercle électrique je peindrais des ailes sur ton dos vérolé de lynché, et tu pourras nager a travers le vide sur les chevaux de Lascaux. Au fil barbelé je récurerais tes veines du tympan jusqu'au coeur, et tu voudras graver ton nom a l'intérieur de ma peau, m'appartenir corps et âme ne faire avec moi qu'une lumière, et dans la lumière n'etre que toi dansant avec la musique parfaite. Au bout du tunnel qui mène a la scène, il y avait la foule plongée dans l'encre immense et noir de la rumeur, comme une mare pleine de sang d'oiseaux, et de clameur manchonnant l'acier du crocodile qu'on va lui faire ravaler jusqu'au fond de sa gueule d'iguane des marais puant, pour qu'il nous tâte du bout de sa langue, et que son masque face partie des visages courants; un dernier verre coule dans mes veines comme l'éther dans le béton, et je m'élance plein d'un silence surnaturel, prêt a éclore de tout un prieuré de vide pierre, prêt a faire face, et a marcher sur l'eau de la piscine que je brutalise jusqu'au scandale. On joue comme passe le fer a travers la langue du marabout, on tribule en rayonnant la lumière des chaires depuis la dislocation des vertèbres et les battements de coeur manquant. On les remplace et il nous complète insidieusement, pure travail de maçonnerie entre les vides, entre les cloches blanche de la vierge et immaculée douleur du pacemaker résonnant jusqu'aux montagnes de Lassa sainte rock&roll écoutille du mal des profondeurs, qui nous hantent dans les milles degrés de la souffrance, que pointe la musique dans son décentrement érotique. Allez viens! viens!, bouge ton cul de footbaliste télévisuel payé aux chips du lance pierre managerial, reste plus qu'a bouffer les restes sur la tête des cons et des tordus de tout poils, et a se redresser des bagarres de meute, pour le droit de mourir en paix. J'ai plus le temps d'attendre, depuis qu'on ne nous laisse que le droit de fantasmer. Mais dans mon jus le sortilège des flammes du bonheur, éclaire a la perfection le cirque tout de traviol, et la musique nous cueille en tuant toute logique. J'allume la radio, je l'éteins; encore une pute et un dealer retrouvé dépecés vivant et coupés en morceaux dans les restes insalubres et poisseux d'un sac Leclerc glauque. L'aviation des réflexions dioptrique de la lumière, sonne l'alarme et conclu par un bombardement de son fondement, que dire vrai rleve du hasard. Une neige retombe sur la ville dans la boule de cristal, la section cuivre part en vrille tandis que la basse la récupère en miette au fond du temps, ou tout est transparent et ivre de salut, part en vrille, en jimcanaille s'engouffre par la tête du confetti, et lui pousse d'autres mains au bout des bras, lorsqu'il prend une balle glacé dans la déroute du ciel, et que le chaud cigare des cordes glisse sous la dextre renverse des preuves par série tombées en cendre a travers le verre morne du quotidien sans gestes, sans tenue, "trrrrrrrrrrrrrrrrrrè"-passé du hublot ou la cigale transitoire fusionne Frankenstein tout ciselée d'or, parcheminant le sub wake jonché d'horribles cadavre, et de martyrs émergeants, qui nous serrent tout contre leurs ombres. Viens boire a l'aube joufflue du cloaque, ma musique entraînée par le roulis du velours lacunaire et zébré et son l'ossuaire tachetant sur le bouton d'un coquelicots, ta tige noyée dans une flaque de cymbale, ou l'airain brisé lape ses fascinantes plaies sur un dais de métal soluble au pétard de l'esprit, qui bouge et rebondit de partout saupoudrant la sphère gazée du tout du souvenir guérit du rien.

Les commentaires sont fermés.