Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/04/2018

Peaumper

Wang Jiazeng.png

Wang Jiazeng

 

 

   Dans cette orbite de sa personne, l'image orchestra les longues bactéries de gong ; l'univers filait a toute fable le liant des astres enquêtant sur terre par les rayons du silence : la radiographie couvrait la voix de câbles, et l’ortie chattait d’histoires composites le goudron d'un synapse ; les mots remuant seront mués en qu'importe ! s'ils ne circulent, ils mourront comme le jardin inclus par les murs exorbités de la caverne ; des mots au loin mordront leurs enveloppes, et les déchirements de l'histoire seront silence.

   En se laissant glisser sur la frontière cinglante qui écueil le port en un lieu dénué d'assise, le mot mort trouve une âme sous le décors et se met a parler, avec cette voix de viande d'abord, qui s’écrase littéralement dans l’épaisseur du Vers Corps ; l’apesanteur brûlée souffle sur l'élan qui par houle et par vaux l’âme au vent, suivant le fil a naviguer , par monts et par mots trouve la mort suspendue a quelque indicible et vide clarté ; a suivre ainsi l'indescriptible, la patte des mots, on fourche au goutte a goutte sur l'impact des lacs entre les vallées, et on tombe facilement sur la cordée de galet ruisselant de soif; le serf fluide des deux contrées s'y abreuve et s'évapore; son cuir imaginaire et compénétré frise dans la courbure d'un tronc d’électricité que la mémoire emporte en décomposant l'attention les élément de l’écho qui écorcent sève et mère ensevelie dans le sabotage du temps; l'oubli baptise l’absorption suspendue qui illumine les joncs lévitant de la sphère, anthracite cantique, des vers lucides du seul amour, du premier et du dernier vers, l'unique jour ; la mémoire inanimée du sommeil rougit l'aube des premiers nœuds d'oiseleurs qui embrassent son instrument (?) Ecourte la contre bise du souffre vent et l'albinos piano des crépuscules télémétra; de l'industrielle homéopathique il restera son cantique spectre, son esprit d'herbe des champs gravé sur le chrome éternel de la veille; et de la fosse a néon, le mort, libre, se lève, l'image horrible de son dépérissement c'est transformée ! L'horreur indicible de la mort c'est renversée en argument béant; la parmélie fictive de son angoisse s'est déchirée et par le pli de sa raison, la pierre de voûte active, respire calmement, soutient les unités de relents ; mais le décomposé de la mort, vit et ne meurt pas, sinon déporté du miroir parfait a la manière des réflexions qui grésillent le teint transparent.

13/04/2018

Dé issant

http://www.artnet.com/WebServices/images/ll00471lldMERJFgMNECfDrCWvaHBOcYyGF/kazuo-shiraga-kan-(view).jpg

Kazuo Shiraga

 

 

     Elle longea une pathologie de l'herbier délirant ; l'explosion prisonnière de son bois d'origine lui coupa mainte fois la route de glands à deux faux apollons ; mais parvenus a l'intersection des organes contradicteurs, une seringue branche en fleur lui offrit le gît et le couvert ; tout le poids de l'orage lui apparut en songe ; insaisissables corolles, croassements, échappées de cuir aiguës, par les narines au teint cireux, des caresses en glissendo d'air entre les doigts; molaires fémurs ballottages miraculeux ; déhanchement : Miss Sing entra par les parenthèses d'un cher récit, dans la science animée du leurre ; son âme s’étirait, souple, pendue a l'ineffable, grouillante d'ombre ; et, oubliant le jardin,  elle renaissait en lui, disparaissait, et revenait a elle, en elle vivant, comme vainqueur de la mort, communiquant la nouvelle plongée en elle, et disparaissant idéalement double de lui-même, comme un rêve sans sommeil, comme Narcisse changé en pissenlit éblouissant; l'oubli exhausse le vœu dont la pierre est issue. Mais ces observations singulières sur l’Éden Local, ne doivent pas faire oublier les veines du précipité chimique de la prière, qui tombait dans l'amer pleine de lave suffocante ou furent gravées, les consignes du vent. L'Oncle reçut la liberté en tonneau cacheté; et, quand il déroula le cœur de leur pensée ; il donna longuement a l’étranger des mots, ses manières ; et il fut dérouté, vendu aux sifflements du labyrinthe ; mais ne parvenant a rien, touchant du doigt nulle part, sa conviction bascula et son esprit s’établit dans la certitude contraire; l’énigme lui devint plus précieuse que sa chaire, plus claire qu'aucun testament recevant des yeux la lumière; bien des formes de passion existent mais seule l'invisible, était conforme a la matière illisible de la vie dans la lumière développée.

06/04/2018

Originext

Résultat de recherche d'images pour "Riskiperimä"

Sarjasta Riskiperimä

 

 

     Devant la chromosphère Miss Sing compulsa le Dictionnaire réchauffé des Eaux et Jonchaies, émondé par Polis & Ganeau en 1769 ; pour comprendre cette panique, il y fut lu d'en revenir a la béance des frontières et aux migrations sémantiques qui caractérisent l'accouplement des yeux aux images; son vers brossé sous la lumière du procès, la fission reliée aussi au transfert d’une séquence, se leva près de la Chienne arabesque docile et ponctuée de quintes d'incertitude et de calcaire. Cordes et guitare, tremblèrent, imprégnées de sacrilèges ; le ton était donc cette délicate roideur de crin dans le violon qui porte large miroir d'une fraîcheur compacte. A la disjonctée parenthèse du suspicieux, la noire scène du traducteur aux attraits louches, apparaissait ; il se répétait inlassablement pris dans ses données de justiciable; les bribes de feu récitaient les boucles du saint film transparent ; et, a bien regarder la pellicule, on voyait passer par le pixel, ce parfait analogue de la source, avec ses avirons qui fendaient la pierre vague, et laissait derrière lui, la forme algébrique du paon quand il jouit sur sa route fluide, brodée partout d'ébouriffements.