Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2017

Anthrobscéne

 

Francesco Lorenzetti.jpg

Francesco Lorenzetti

 

 

   Quand Nicolas de Cues déclara, cent cinquante ans avant Galilée qu' « il n'est pas possible que la terre soit au centre de l'univers !!! », il s'agissait pour lui, a titre de tâche personnelle dans l'existence, de redonner au pendule de sa sensibilité son diapason perdu au cours des rythme faux des feuilles pendues, aux branches de la parole en expansion, et ainsi de rendre la vérité aux êtres de son expression; et il devint sensible plus encore aux écarts fait a la justice, quand la tête dans la cruauté des pensées, il ressentit que s'allumaient des étoiles dans sa poitrine; la connaissance perdue revient sans cruauté aux revenants que le monde a écrasé ; ils s'enseignent par l'amour de la vie de la certitude retrouvée ; ce fruit de l'arbre de la connaissance que les sciences avaient troublées ; ces feuilles qui s'agitent en tout sens quand le vent est mauvais ; les branches secouées de rêves et d'illogismes, craquant sous le poids des aiguille, tombent a terre par saccades ; l'herbe noire sort alors du trou en renouée de pierre et de scellement posé sur le brulé qui n'est plus que l'ombre d'un soleil désarticulé; l'horizon tourne comme un moulin a vent enchanté; et ce carrousels de colchiques, de pissenlits et de navets se voit telle une bannière déconfite, avec encore au fond des yeux, l'oriflamme lamentable des défaites, et leur couleurs de couleuvres avalées pour retrouver l’apesanteur du désir ; la tête dans l'étiolement de l'insensible, son trône plus grand que tous les scenarii possible, se positionne dans la théodicée des gestes quotidiens; gestes de la pensée dont les faces se mettaient en axe avec ce dont on ne peut rien concevoir de plus grand, quand le trouble disruptif de l'angoisse dernière collapsait le doute réel; Nicolas se reconnaissait existant a travers le paradoxe, plante célestement suspendue au chaos apparent, qui, en savant narcisse du reflet, savait que le redoublement de l'idée, n'avait pas d’intérêt par son contenu, mais par sa forme dont le rôle était de confondre la sensibilité a elle-même et de pétrir la tripe tel qu'en soi, le mensonge confondu et déchirant la sensibilité fut lesée ; penser c'est connaître un état de suppression, c'est dire « cela n'existe pas » puisque rien de ce qui est dit ne pourra prouver sa réalité, dire son simple fait d'être qui échappe a la pensée ; mais donne a moudre les graines de sénevé et la certitude propre a la chair coupée du monde ; penser c'est se sentir et travers le dévoilé, c'est tâter de la trame par le voile; aussi essaya -t-il de penser en se tapant sur les doigts !!! et il vérifia que c’était impossible parce que le flux intérieur des sentiments sous le coup de marteau chasse la langue, pétrifie la vie, assèche instantanément les muscles et les tendons de toute capacité de parler ; et cette crainte de la conséquence dernière et inconnue de ses actes s'actualisa comme la plus grande souffrance: celle de l'existence privée de langage, l'existence de la confusion des trains et des chambres a gaz; et entre deux exterminations le vote pour le gentil macron, pour renouer avec les signifiants mort-nés; il rota, a la santé de son action désintéressée ... Musil en francanie va devenir nécessaire...  alors que le joug pourtant léger qui vient après le coup de marteau etait a nouveau refoulé. C'est toujours ainsi lorsqu'on vit à périssons, fit armorier la Graine d'un ton bienveillant, alors que la dette tournait au-dessus de leur tête de con... lorsqu'on vit à périssons ! … la mémoire enterre plus vite dans les deux sens, a périssons ! De malentendu en mauvaise intelligence des formes du printemps le dessin de reforme s'estompa, les chaines signifiantes des agencement de l'esprit exilé sous les nuées de lauriers obtenus sans combats couvrirent les intentions pleines de bonnes mesures propre a faire plier la règle; les fleurs sans dessin, épongeaient les cerveaux ivre et en plein dépaysement;  l'aiguillon de porcelaine blanche perça la poche placentaire, et fit jaillir du bubon le pus jouant des ronces ; l'avide herborisation des cloches mathématiciennes, poussa son chant oublié en des lieux inhumains ; la vision greffa au tronc aveugle, des projets de propositions des projections de projets et de stockage du châle d'argon parlant cosmos du paradoxe à voix haute. Le jardin a nouveau se couvrit d’épine et au centre des galeries interminables de l'Hades, le cloitre esquissé avec sujétion, redevint, par la science étrange du récemment, l'inactuel secret du nid enfouies dans les branchages du palimpseste.

 

Qui veut de l'objet contre factuel de la science selon l'ergonomie épistémique du paradoxe, veut aussi de cette matière première, insaisissable, fluente et immuable, du dernier voile du saint de la mue. Job assis sur le massif de déchets sans queue ni tête de sa science de la vie qui s’étiole, de fils en fils, brisé, rompu, accablé de souffrance, rendu au creuset de la certitude coupée de la relativité de la félicité absolue, pense que la réalité de l'impression d'exister en sa valeur absolue, se perd souvent dans l'instant, dans la mesure ou les heures sont déjà déchargées par avance du poids et des conséquences d'une parole, alors, vide de mot, qui chantait, malgré le désir et ses souffrances, ivre de parole.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

21/04/2017

Métrumphysique

 

aeolia.jpg

aeolia

 

    Attendre. Que la peinture noire sur les murs et les écrans, sèche et s’écaille. Attendre, le visage du mystérieux flux caché sous l'expression la plus banale du cours des choses ; attendre que le temps se défige et que l'impossibilité perce de son cri la voix ; attendre que l'impression des choses disparaissent des tripes ; attendre que la pneumatique de l'impression, résorbe l'emprunte de la cire neuve que seul la lumière imprime ... Elle se dit qu'elle devrait rajouter une coudée a sa niche, mais elle hésite a recourir a un architecte; ou est-elle quand elle se perd dans ses pensées et savoure l'idée de dresser elle-même les plans du logis ? A t-elle cesser d'exister ? Est-elle sous le charme de quelque causalité matérielle, endormie ou éveillée a l’absence de gond dans la causalité physique ? Ou bien n'est pas pleinement elle-même, entièrement hors du temps, en une réalité ou le concept d'objet n'a plus vraiment de sens, et ou pourtant tout est nommé ?.... Cave a des allures de café, ce matin. Elle tire des parenthèses du vitrage, une poignée de bois tassée au fond de la vallée baignant encore, dans l'hallucination de son rêve ; elle découvre la vue derrière les paupières close des vitres ; des amas de cols aux éclats d'acier plongé dans la neige ; un fatras de pâturages, jouxtant une explosion de bocages étiolant les bois. En s'écrasant sur le Mont-Perdu, la neige, a la fois portée par le vent et par le regard qui l'imagine, dévoile une double logique a l’œuvre en chaque événement ; une autre logique que celle de l’atmosphère paraît soudainement ; mais cette lumière intelligible aussitôt tombe dans les tréfonds immémoriaux du concept qui l'emporte au néant; vertige qu'elle confond avec cette absence de réflexion qui ressemble a la félicité, alors qu'elle n'est que le piloris, le point d'abolition, de l'espace temps ou se pose l'accent de la tension. Au Bord du double elle entre peu a peu dans la réalité de l'esprit ; l'étincelante vision la guide a travers le monde désossé, au plus prés de son cœur; tout ce qui sent, vit et elle le voit ! Tout ce qui respire, la passionne ; l'observation de la vie affûte son sens du paradoxe, et renforce sa présence au monde, en développant, sa capacité humaine a doubler et secourir l'action du temps, a laisser êtres les choses ce qu'elles sont... la bourrasque glisse un liseré nuageux sur le flanc ouest de la montagne, elle le retourne et il roule sur lui-même comme un chat ; par les trous blanc des flocons, la nuit, lui décrit une autre manière d'exister, qui mettrait la langue et la réalité de concert, ne serait-ce que pour un instant, et pour un instant seulement, la langue des signes en temps de crise de l'information, ferait corps.

 

Enregistrer

18/04/2017

(A?A)

 

  

Attente-1964-gravure-245-392-600x371François Lunven.jpg

François Lunven

 

 

 

 

  Depuis la vielle, ils étaient là, faute à faute, sans se connaître. Sarabande de roseaux sur leurs fronts, les pieds enlisés dans le marais des métaphores de la cuisine du Cygne. Le jour prochain allait de mutilation en mutilation, sur la carcasse de leurs légendes abandonnées a la digestion du dragon; sa chair de gypse adipeux recouvrait d'enluminures le miroir dynamique de leurs globes internes qui se rassasiait de ses odeurs de putréfaction et de vase joyeuse; a l'en croire, ce que disait ce conteur pontifical correspondait a une alternative homéostatique entre l'effroi absolu des éternelles eaux souterraines, et les crêtes de l'absolution la plus démente, qui aboutissaient a la claustration de leurs corps dans le glamour des montagnes saintes qui se jetaient après d’invraisemblables torsions, dans les moues cruelles de la glaise faciale ; le temple quotidien du jour, était formé de très larges pierres de scellement, dont le vernis avait l’éclat de la parfaite transparence ; l'épine dorsale de leur union, laissait deviner l'origine vertigineuse de leur monde de mots; une source sauvage béatifiait leur matière agencée sous l'énorme pression d'une rupture d 'univers ou s’était logé la séduction; l'ordre des éléments attractifs témoignait de l'oxydation des copules logiques, lors d'un engendrement miraculeux de cette joie absurde si difficile a justifier par de simples névrose scalaire; la coiffe sans nom de ces pierres taillées, avait surgit de la rupture des connecteurs logiques, et fascinait par leur gravures de bec; les détails de la catastrophe suprême avait été anticipé sur les énormes fleurs de givre ciselées qui tournoyaient autour d'eux comme les chevaux galactiques d'un carrousel de constellation en partie ensevelie dans les brumes métaphysique de la rotation ; l'espace rétrécit de l'union semblait succion, absorption et reflet des signifiants en contraction qui défilaient par le ciel de la réflexion ; puis l'espace s'effilocha durant de longue année en une longue traînée synaptique de coulure mnésique et adverbiale; mais entre eux jamais l'angoisse ne régurgitait son sépulcre insignifiant ; le temps inexistant les mua en éternité par un radical changement; au pieds de ce mur, le visiteur planétaire de ce conte a rebours, peut remâcher mot a mot les symétries du mystère; les branche du texte craqueront sous ses pas, comme d’étranges ovins bêlant du fond de l’âme; leurs museaux rouge plongé dans les rêves d'une physique innommable, flairent la panse des mammifères ; le désir du pur regard logique confinait a la folie, déformait l'organe de la transparence qui nécrosait la quantification de l'insensée ; pourtant, les documents abondaient qui attestaient de cette libre contrée située au cœur de l'instant, ou la folie et la raison se livraient des défis colossaux et se bâillonnaient réciproquement; la profondeur des premiers bas reliefs de vie télégénique pouvait se mesurer au doigts tant l’épaisseur plasmatique des joutes d’astéroïdes, congestionnait l'enclave imagée des flux de sang, qui sous la pression crânienne formait une mappemonde ; ceux qui vivaient ici, indissociables d'autres contes rationnels, avaient assurément fondé leur pensée sur ce qu'elle n'avait pu inventer; chose d'autant plus rare que l'approche de cette réserve par cette pensée, induisait immanquablement la certitude contraire que seul un long trajet a travers la réflexion pouvait dépasser; odyssée forcement réservé aux solitaires chiens d’arrêt que la pelure humaine arquait sous le malaxeur des abstractions impures. L’œil pinéal incrusté dans la pyramide des raisons, prospectait au-delà du concevable, la voix, perçue des êtres métaphysiques qui écaillaient les couches de sédiments cardiaques ; les sismographes de la nef, s'évadaient des frontières évasives de l’indistinct, ou l'imagination gîsait moribonde et liée a d’irréelles menaces et de faux dangers, crucifiée au mortel quotidien et pourtant, rivage historique de l’éternel souvenir, nous ne les rattraperons pas... un rêve chante a la lisière des trous d’amour béant de l'instant... par dynamitage de l’évidence et ablation de l’étanche, les ordres de l’oisellerie s’échappent de la sombre couvée … ils paraissent cruels comme toute nouveauté qui met fin a l'ordre ancien des correspondances... l'eau frémit de carpes muettes comme le crépuscule qui passe en revue les interprétations qui explosent dans les champs lacunaires ; du matin jusqu'au soir, des branches glissent sous le corps sans vie de l'ange de l'horreur, son rictus a la largeur d'un saut dans les déformations noétiques du sourire des exfiltrés du lierre ; la couperose des feuilles annonce l’estomac et les poumons a bout de branche sous serre; car la floraison, cette année, s'est résolue en concept qui électrisent la masse informe des bêlements tripiers et force le ciel a enchâsser la puissance immense d'une phrase dans l'aube de la faiblesse fondée ; les abeilles longent d’intarissables fleuves d'amour, et bourdonnent le longs des gorges de la dignité ; a lune venue, les monts patience et loyauté, complètent l'azimut laissé noir des cartes de la nuit; l'esprit encore inconscient de sa propre lumière pressent la proximité du secret et des nœuds qu'il implique ; mais ô prodige, l'homme est bien le seul être a concevoir sa mort, et a en incarné a chaque instant le dépassement ; la pensée de la fin certaine blesse a mort toute chair qu'elle traverse ; l’œil se déchire ou exhausse l'existence insensée du soleil, mais au fond de ce chaos, l’espérance respire prête a dresser sa chair sur le corps de la mort dépassée.

 

 

Au seuil de l'asile, ; il a fuit les sentiments tout fait et les fausses impressions ; et a l'universelle hypocrisie de la moelle syntaxique il a preferé le roman vrai de l'exister et cette sorte de tension permanente de l'ecriture qui dynamite toute manifestation directe du secret; a cote de lui une jeune fleur coiffée comme Agnés B., tisse des equations sur une corde d'interrogation; partout la confession tenaille les viscères du temps qui n'attriste pas; ses veines se gonflent de parole renversées propre a saisir l’impondérable matière du libéré ; l’épiderme en orbite autour de la mort, rapproche, sans lien concevable, les potiers de fiction ; et quand la foule s’affaisse dans le sang du Credo, au point de la moindre tension, l'illusion prend vie et ficelle les mains des marionnettes attachaient au pilori des gigantesques impressions d'avoir élever le réel a l’idéal ; œuvre divine que la graisse des béliers est seulement capable d'abolir au trépieds de l'espace et du temps ; pour la retrouver, l’âme bouleversé, a l'aube d'une autre cosmologie faite de contraction et de rupture psychique, vivra de l'inintelligible, sur un plan de pleine contradiction sensible qui laisse l’énigme imaginaire rayonner une fois établie qu'on ne l'a pas inventée; des équations longues comme des milles pattes macèrent dans les poches gastriques des voyageurs de la création ; sur les embarcadères des marchands de papiers vendent a la criée des rallonges de grammaire élastique et d'allusives tentation du coup de force sémantique, refoulant le secret sans fond des rapports spirituels dénué d’immédiateté ; ils vendent des putsch sémiotique visant inconsciemment la mise a sac de l'absolu, qu'en réalité leur parole faisande et caille loin des voies lactées de la digestion noétiques dont se repaissent les sentiments; et ceux que le jour sous de tels cieux trouvent immédiatement sociables sont portés aux nues par la foule hystérique ; les autres sont brûlés dans le reflet figé des syntaxes morbides de fausse humanité qui accable le frontispice des temples institués.

 

Au premier soir de la création, je refusais que le monde soit la fin, et malaxais la matière inhibée du ghost note de la manifestation du secret; à la onzième heure, sur la gréve du grand reflux se forma l'horizon du cillement ; un sombre écarquillement du regard filtra une lumière nouvelle jetée sur le monde inconnu; on ne disait plus du sac plastique, regarde ! comme toutes choses se changent immuablement en elle-même, on manquait de patience pour voir ce changement paradoxal dans les montagnes alentour ; on ne disait plus saisit toi de l'instant ! Parce que les gênes folâtres des douleurs bruissaient en nuées de papillons empaillés par le vide atmosphérique des intention mécanisés; la nuit entière je fus recouvert par des monceaux de cadavres qui me comptaient de leur nombre ; les visages cireux des séditieux m’écrasaient le ventre et les joues ; la stupeur dans les yeux des suicidés me frappa durablement, et failli m'arracher l’âme du corps dans des moments d’égarement si profond qu'il me semblait être le jouet d'une éternelle nemesis, d'être pris par les conséquences infinies d'un inassouvissable oubli qui me replongeait incessamment sous la ligne de flottaison; les scandalisés me brisaient les reins du poids de la mort, qui formait le caverneux ressassement des prémisses mêlées de conclusion ; a leur grande confusion, leur lampe venant a manquer d'huile s’était éteinte soufflé par le joug indéfectible de leur existence inexpliquée ; le ressassement incandescent de la faute, était en eux comme le feu de la pensée, mais vide d’appréhension réelle, plein d'obsession, une sorte de chant, que faisaient les ligaments d'une âme sa pensée qui manquait a être la langue de l'esprit devenu insignifiant ; parfois quelques douleurs plus vives écorchaient leur réel néant, et semblait sangler plus fort encore, la boucle infernale du néant, ou ce qui revient au même, la réalité des parlants privés de parole; réduit a l'impuissance, je me croyais danser dans les bras des noyés pétrifiés par la crainte suprême de l'imagination, ils m'embrassaient de leurs bouches noires en de langoureuses danses macabres élaborées au son des lèpres géantes qui décharnaient sans fin leurs bras; et pendant que contraint d'observer et de comprendre la malformation conceptuelle et congénitale de la conscience, j'en savouré nostalgiquement tout le goût du choix, le chœurs des damnés, derrière moi, ruminait l'idiotie sans pardon ; leur chant d'horreur les tenaillaient comme des idole de plomb qui les entraînaient de mort en mort dans des métamorphoses de leur vie ou l’éternité s'éloignait dangereusement de l'instant ; jamais plus pour eux, la scansion d'un authentique secret, ne viendrait les soulager de l’éternelle convulsion du sens mort-né.

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer